Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Homme Culture & Identité

Publié le 30 mars 2012 à 05h00 | Mis à jour à 05h00

Douce misandrie publicitaire

Les quatre acteurs principaux de la série Les... (Photo: Radio-Canada)

Les quatre acteurs principaux de la série Les Invincibles: Patrice Robitaille, Pierre-François Legendre, François Létourneau et Rémi-Pierre Paquin. Photo: Radio-Canada

 

 

 

Assez fréquemment, les publicités québécoises véhiculent une douce misandrie par leurs représentations de la masculinité; l'homme y apparaissant comme un adulte immature ou bien encore comme un bon «ti-gars» docile et soumis. Dernier exemple en date: une publicité de Desjardins mettant en scène un couple (une femme et un homme dénommé Nico) nouvellement emménagé dans leur propriété.

 

Dans cette dernière, la femme y va de plusieurs affirmations: «Nico et moi, on pense pareil», «on voulait notre chez-nous, pas un château», «quand on a vu le garde-robe, on a eu un coup de coeur» et «pour le prêt hypothécaire, on voulait un taux fixe», ces dernières étant toutes suivies de l'infantilisant et maternant «hein Nico?». L'homme, bien discipliné par sa conjointe-maman, répond sagement par l'affirmative à chaque fois excepté à la dernière occasion, celle concernant le prêt hypothécaire (levier de la publicité oblige). Et même durant ce bref moment où il peut émettre son opinion, on sent bien que la femme lui laisse cette impression de liberté telle une récompense; une façon de lui dire «bien oui, tu as le droit à ton opinion, de temps à autre... tiens ton joujou financier, tu peux en faire ce que tu veux». Si ce n'est pas là une démarche gentiment contrôlante et foncièrement infantilisante ?

 

Suite au visionnement d'une telle publicité, on ne peux que constater que la sombre période «Les Invincibles», cette dernière qui a contribué à une certaine juvénilisation de la masculinité, n'est guère dernière nous. Il appert malheureusement qu'elle a toujours cours et continue d'enfoncer l'estime de soi de l'homme, une publicité à la fois.

 

Guillaume Bernier, Québec

 

source : http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/opinions/carrefour/201203/27/01-4509819-douce-misandrie-publicitaire.php


Commenter cet article

Denis Coulombe 15/04/2012 23:32

Nous retrouvons de plus en plus ce genre de publicité où l'homme est présenté comme un sous-homme qui est un peu niais. Lorsque je vois ce genre de publicité, je m'empresse d'envoyer un courriel et
d'écrire sur la page Facebook de la dite compagnie un mot de désapprobation et évidemment de ne plus être leur client. Je me joindrais à un site Facebook ou un blog qui dénoncerait ces publicités
et ferait des actions communes de boycottage de leur produits. À bon entendeur, salut !

carmen 01/04/2012 10:55

En fait, ça n'arrive pas qu'au Québec. Cet article m'a fait penser aux publicités des supermarchés et des aliments pour bébés où on s'adresse directement à la femme avec des slogans comme "du côté
des mamans" comme si le papa n'avait aucun rôle dans l'histoire.
Ou encore à toutes ces pubs où l'homme est présenté comme quelqu'un d'étourdi et un peu niais qui ne peut rien faire sans faire une "gaffe" que la femme est ensuite obligée de réparer avec un
sourire ironique.

Je pense que les publicités sont finalement envahies par des stéréotypes discriminatoires et cela que ce soit pour les hommmes comme pour les femmes. Le pire c'est qu'à force d'en voir on s'en rend
même plus compte.