Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Homme culture & identité

La presse a un travail à faire pour empêcher que les enfants soient soumis aux visuels SEXy des couvertures de magazines masculins et parfois féminins aussi. En Angleterre, on ose envisager de s'attaquer à la question. Et en France c'est pour quand ? La liberté d'expression sera-t-elle déclarée sacro-saint principe supérieur à tous les autres (faisant le bonheur des vendeurs de papier)...ou prendra t'on en considération qu'une société doit aussi être respectueuse de ses plus jeunes et que le phénomène d'hypersexualisation de certains enfants est devenu alarmant selon les professionnels de la santé mentale.

Le premier ministre britannique David Cameron a salué lundi un rapport proposant de réduire l'exposition des plus jeunes aux images à caractère sexuel et d'interdire la vente de vêtements aguichants aux enfants.


Une association chrétienne de protection de la famille propose notamment de camoufler les couvertures suggestives des magazines pour adultes.
Crédits photo : PAUL SANCYA/ASSOCIATED PRESS

Depuis plusieurs années, le sujet est dans le collimateur de David Cameron. Dans un rapport remis lundi au premier ministre britannique, le directeur d'une association chrétienne de protection de la famille préconise plusieurs mesures visant à combattre l'hypersexualisation des enfants.

La société britannique débat depuis plusieurs années de la sexualisation des enfants dans l'industrie publicitaire, vidéo et dans le commerce. En janvier 2010, le site internet d'échanges «Mumsnet», très influent au Royaume-Uni avec 1,35 million de visiteurs par mois, avait lancé une campagne «Let Girls Be Girls» (Laissez les fillettes être des fillettes), réclamant notamment que les magazines de charme soient hors de la vue des enfants dans les rayons, ce que la plupart des distributeurs de journaux se sont engagés à faire.

Dans la foulée, une étude a été commandée au directeur de l'association chrétienne de protection de la famille «Mothers Union». Après six mois d'étude, Reg Bailey a rédigé un rapport intitulé «Letting Children be children» (Laisser les enfants être des enfants), listant une dizaine de recommandations sur le sujet. Plusieurs de ces propositions visent à réduire l'exposition des plus jeunes aux images sexuelles : restriction d'âge sur les clips musicaux présentant des scènes à caractère sexuel, camouflage des couvertures suggestives des magazines, facilitation des restrictions d'accès aux sites internet pour adultes…

Réunion à Downing Street en octobre

Le rapport préconise par ailleurs de «proposer des gammes de vêtements plus appropriées à l'âge des enfants». David Cameron s'était déjà élevé dans deux discours, en 2006 et l'an dernier, contre la vente de soutiens-gorges rembourrés et de sous-vêtements sexy destinés à des moins de 10 ans, qu'il avait qualifiés de «nuisibles et glaçants». Des tee-shirts portant le logo Playboy en taille enfant avaient également été pointés du doigt. Dans un signe de bonne volonté, la fédération des commerçants britannique (BRC) avait alors publié une charte bannissant les slogans et les images «suggestives» et préconisant des couleurs et coupes «appropriées» au jeune âge. Le noir et les strings étaient par exemple prohibés pour les sous-vêtements enfantins.

Dans une lettre à Reg Bailey, le premier ministre exprime son soutien aux idées développées dans le rapport. Tout en soulignant, en cohérence avec son leitmotiv du «moins d'Etat», qu'elles relèvent plus de la «responsabilité sociale» que d'un «contrôle étatique». En clair, un renforcement de la législation, sans être exclu, n'est pas à l'ordre du jour. Auparavant, David Cameron s'est engagé à réunir en octobre tous les secteurs concernés : distributeurs, publicitaires, éditeurs, télévisions, industrie vidéo et musicale. D'ici là, ceux-ci sont invités à accroître leurs efforts.


06/06/2011 | Le Figaro.fr / article de Thomas Vampouille

Commenter cet article