Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Homme Femme & Identités

note de H.C.I : bien étrange décision en Suède. Une disposition législative instituait, comme dans de nombreux pays, une discrimination positive à la faveur des femmes, le but étant d'arriver à la parité 50/50. Or maintenant en Suède 60% des étudiants sont des femmes, et donc par respect du principe de parité, les recrutements universitaires favorisaient un peu les hommes pour que le 50/50 soit respecté. Des femmes recalées pour cause de discrimination positive ont porté l'affaire devant les tribunaux, et que croyez-vous que les juges décidèrent... Que la parité, et son corollaire la discrimination positive, sont à sens unique, elles ne s'appliqueraient pas quand des hommes sont en position de SOUS représentation. "Dans cet article, on voit clairement que la parité n'a pas pour objet d'avoir 50 % d'hommes et 50 % de femmes. Cet objectif n'est valable que quand les femmes sont sous-représentées. Mais dès lors que ce sont les hommes qui sont minoritaires, la parité devient injuste." (citation de Cyrille GODONOU).

Suède : discrimination positive "injuste"

AFP Mis à jour le 12/01/2010 à 12:17 | publié le 12/01/2010 à 12:17 sur lefigaro.fr

Le gouvernement suédois veut abolir la discrimination positive dans les universités, censée équilibrer les représentations masculine et féminine et qui en réalité défavorise trop les étudiantes, a annoncé aujourd'hui le ministre de l'Enseignement supérieur.

"Le règlement actuel a abouti à un résultat totalement injuste", écrit le ministre Tobias Krantz dans le quotidien Dagens Nyheter. L'an dernier, selon lui, sur l'ensemble des candidats refusés en raison de leur sexe, 95% étaient des femmes qui avaient pourtant "travaillé dur pour intégrer la filière de leur rêve" et qui ont été victimes de la discrimination positive. "Le système éducatif devrait ouvrir les portes, pas les fermer à la face de jeunes femmes motivées", ajoute Tobias Krantz.

Les étudiants masculins sont particulièrement favorisés par la discrimination positive dans des filières comme la médecine, la psychologie, vétérinaire et dentisterie où ils sont largement sous-représentés. Les femmes représentent environ 60% des étudiants universitaires en Suède, un pays pionnier dans l'égalité des sexes où les universités sont autorisées à pratiquer la discrimination positive depuis 2003.

La justice suédoise a récemment donné raison en appel à 44 femmes qui n'avaient pas été admises dans un cursus vétérinaire en raison de leur sexe, leur accordant à chacune un dédommagement de 35.000 couronnes (3.400 euros).

Commenter cet article

Nash 10/03/2012 18:44

J'aime beaucoup la Suède, c'est un pays magnifique sur lequel j'ai déjà écrit : http://leblogdenash.over-blog.com/article-uppsala-mon-amour-85605548.html

Néanmoins, cette décision de justice donne crédit à mes peurs de voir que finalement les hommes sont quantités négligeables.

La discrimination positive en faveur des femmes est instituée puis on se rencontre que cette discrimination positive ne rend plus service aux femmes alors on la modifie.

Dans cette histoire, on se sera passé du point de vue des hommes ... Où sont les hommes ?

Homme Culture & Identité 10/03/2012 22:23



Et oui il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans la galaxie "parité". Aux hommes et aux femmes qui les soutiennent de faire entrendre leur voix calmement et sereinement.